Vendre un bien en copropriété : comment réussir ?

Étant défini par la loi 65-557 du 10 juillet 1965 qui régit le statut de la copropriété, un bien en copropriété est tout immeuble ou groupe d’immeubles bâtis dont la propriété est répartie entre plusieurs personnes, par lots comprenant chacun une partie privative et une quote-part de parties communes.

Cependant, vendre un bien en copropriété n’est pas la même chose que la vente d’un bien individuel. La vente d’un logement en copropriété se prépare minutieusement. Ainsi, pour une vente réussie, vous devez mettre tous les atouts de votre côté et penser à chaque détail. Découvrez dans cet article tous les conseils pour trouver des acquéreurs pour votre bien en copropriété.

Établir les diagnostics immobiliers obligatoires

Pour la vente de votre bien en copropriété, la première démarche à mener est de demander à un professionnel (diagnostiqueur) de vous établir les diagnostics obligatoires. En effet, avant la vente vous devez posséder le DPE (Diagnostic de performance énergétique) qui mentionne l’étiquette énergie attribuée à votre logement.

À cela, s’ajoute également le dossier de diagnostic technique (DDT) regroupant tous les diagnostics de votre bien. Par ailleurs, les acquéreurs étant des profanes, ils ont besoin de connaître l’état du bien au moment de l’achat. C’est la raison pour laquelle la loi fait des diagnostics une obligation. Ainsi, ces documents sont obligatoires et doivent être remis à l’acquéreur avant la signature de la promesse de vente.

Faire la rénovation pour les visites

Pourquoi votre maison ne se vend pas ? En effet, le simple fait que votre bien en copropriété soit en mauvais état peut être un obstacle pour sa vente. Il est prouvé que l’on vend plus vite un appartement remis au goût du jour. Ainsi, vous devez préparer votre logement en soignant la présentation lors des visites. Quelques astuces peuvent vous y aider.

Il s’agit de faire un grand ménage et de tout ranger. Les pièces rangées et désencombrées paraissent plus spacieuses. Aussi, procédez au changement des ampoules défectueuses et re-installez les prises qui doivent l’être. Vous pouvez également refaire la peinture si le besoin se fait sentir. Si la maison dispose d’un jardin, il faut que ce dernier soit en bon état avec une pelouse tondue.

Cependant, vous avez également la possibilité de faire intervenir un spécialiste du « home staging » pour révéler le potentiel de toutes les pièces. C’est une technique de réaménagement dont l’objectif est de rendre votre maison plus agréable et plus neutre afin que le potentiel acheteur s’y projette.

Préparer les documents nécessaires à l’avance

La vente d’un bien en copropriété nécessite la réunion de certains documents. Ainsi, en dehors des documents classiques (preuves d’identités, les derniers avis d’imposition, etc.), la loi ALUR liste les documents que vous devez préparer en amont de la signature :

  • le règlement de copropriété ;
  • les modificatifs de copropriété ;
  • les procès-verbaux des assemblées générales des trois dernières années ;
  • le carnet d’entretien de l’immeuble livré par le syndic ;
  • les informations concernant la situation financière de la copropriété ;
  • le montant du fonds de travaux rattachés au lot vendu ;
  • l’état global des impayés de charge au sein du syndicat et la dette vis-à-vis des fournisseurs ;
  • le montant des charges courantes du budget prévisionnel et des charges hors budget prévisionnel.

Notons que ces documents sont à récupérer auprès du syndic de l’immeuble. Et le délai pour les obtenir en mains propres est compris entre trois et cinq semaines.

La détermination du prix de son logement

L’estimation du prix est une étape cruciale dans le processus de vente d’un bien en copropriété. La détermination d’un juste prix vous permet d’être rassuré que vous êtes en conformité avec les prix de l’immobilier. Le mieux à faire est de demander plusieurs estimations de valeur à des agences immobilières.

prix logement

Ensuite, vous pourrez les comparer et définir le juste prix sans sous-estimer ou surestimer votre bien en copropriété. Une estimation du prix bien précise vous permet de vendre en théorie votre bien dans un délai de plus ou moins 90 jours. Par contre, une surestimation du prix vous oblige à attendre longtemps avant de vendre.

Notons qu’il existe des outils d’estimation gratuits en ligne pour avoir une première idée de la valeur de votre bien. Néanmoins, cette estimation rapide n’est pas aussi fiable que celle d’un professionnel spécialisé. Ce dernier pourra vous proposer un prix qui correspond réellement à celui du marché.

Le mesurage de la superficie à vendre

Conformément aux dispositions de l’article 46 de la loi du 10 juillet 1965, le vendeur d’un bien en copropriété doit garantir la superficie du lot qu’il vend (loi CARREZ). Il a donc l’obligation de mentionner la superficie de la partie privative à vendre à son acquéreur.
C’est une étape nécessaire dès lors que le bien se trouve dans un immeuble en copropriété.

Il est fortement recommandé que ce métrage soit effectué par un professionnel pour éviter toute erreur. À défaut de cette mention, l’acquéreur peut intenter une action en nullité de l’acte authentique constatant la vente.